Non classé

Un enfant et son grand père

Un jour, un enfant va voir son grand-père considéré comme le vieux sage du village.
Il lui demande:” Dis-moi, grand-père, qu’est-ce qu’un homme?”

Son grand-père lui parle alors de territoires immenses, connus et inconnus, des loups qu’on y trouve. Il lui raconte le loup noir, sombre, manipulateur, envieux, colérique, hargneux et menaçant, qui hurle la nuit, se cache, se bat contre les uns et dévore les autres, terrifie, domine par la peur et tue.

Il lui raconte aussi, le loup blanc, accueillant, équitable, joyeux, solidaire et fraternel. Pacifique, lucide, il protége les siens et soutient les autres, attentif, généreux et confiant.

Puis il lui dit:” Tu vois, l’homme a ces deux loups en lui. Chacun de nous abrite en lui-même un loup noir et un loup blanc qui ne cessent de s’affronter.”

L’enfant réfléchit et lui demande:”Et lequel gagne, grand-père?”

Alors le vieux lui répond doucement:” Celui qui gagne, c’est celui que tu nourris.”

Sagesse indienne dans Inexploré n°28, p.24, revue pleine de ressources de l’Inrees

L’excitation d’un enfant

DSCN1593
Il n’arrête pas. De bouger, de se lever, ne finit rien, partout et nulle part! Qu’est ce qu’il a cet enfant a être aussi excité? Les enfants d’aujourd’hui sont happés par l’extérieur. Leur sensibilité  et curiosité naturelle sont en alerte 24h sur 24. Ils se coupent d’eux, se perdent, s’exilent. Leurs facultés adaptatives les poussent à répondre en réaction à leur environnement; pour plaire, pour se sentir exister à l’extérieur, pour les autres. L’excitation est là. Plus l’enfant s’éloigne de lui, de qui il est plus l’excitation grandit. La distance avec soi génère  cette excitation. Qui à son tour entraine agitation. Etre dans l’attention et la concentration est alors difficile voire impossible. Comment les aider? Les inviter à revenir dans leur maison qu’est leur corps. Les accompagner en faisant l’exercice. Sentir comment les pieds sont posés au sol, enracinés à la terre; imaginer mettre tout le poids du corps dans les jambes, genoux légèrement fléchis et prendre le temps de sentir. Baisser les paupières comme si je fermais les volets de ma maison. Tout en se laissant respirer: une inspiration en gonflant le ventre, une expiration en le dégonflant et en soufflant à l’extérieur l’excitation.  Plusieurs grandes respirations. Laisser passer toutes les pensées, les images qui voyagent dans la tête. Quelques minutes de pause. 
Pouce! Pause!
Observons pour nous, adultes, ce que cette excitation des enfants vient exciter chez nous!
Partageons nos expériences et réflexions quant à cet état qui rendent les adultes si  démunis. 

Pour vous aider , une méthode simple et essentielle à consommer sans modération, sur le site d’Eline Snel  http://www.commeunegrenouille.fr/   Capture_d_e_cran_2012-03-16_a_14-16-41-1e57f